MANOLOSANCTIS

Nous aurons le plaisir de recevoir en dédicace 3 auteurs édités chez MANOLOSANCTIS

LE SAMEDI 30 AVRIL 2010

 A PARTIR DE 17 HEURES


Wouzit pour
 Le grand rouge

Ivan Barnave est un jeune homme libertin vivant de menus larcins. Avec son compagnon William Lameth, un vieil aventurier, ils vivent au jour le jour sans se soucier d’éventuelles poursuites. Cependant le seigneur Flandrin, pour qui un denier est un denier, est prêt à tout mettre en oeuvre pour retrouver ces deux malfaiteurs. Cette pugnacité cache-t-elle autre chose ?

Traqués, les deux complices seront rapidement rattrapés et condamnés. Ivan, conduit loin de son ami, fera une rencontre qui l’emmènera dans un tourbillon d’aventures, loin de toute civilisation, jusqu’au Grand Rouge.





Maud Begon pour
Antigone

« Madame veut vivre de grandes aventures ? Des émotions fortes ? De l’amour avec un grand A, de la foule en délire ? Du passionnel et du destructeur ? »


Une jeune adolescente trompe son ennui en lisant Antigone au bord de la piscine d’un club de vacances. La nymphette se rêve héroïne tragique, échappant à la médiocrité du quotidien. Alors qu’elle languit à une table, un homme d’un certain âge s’approche, serait-ce pour elle l’occasion de vivre enfin ?

Avec le trait aérien et délicat qui la caractérise, Maud Begon s’inspire avec audace de Lolita et d’Antigone, deux figures mythiques de l’adolescente. Deux références majeures, mais aussi deux univers graphiques s’harmonisant parfaitement pour mieux transcrire l’univers mental de l’héroïne et les prolongements fantasmés d’une réalité insuffisante. Elle rend avec subtilité et poésie la grâce et l’impatience indolente de l’adolescente dans cette réécriture originale et décalée.


Jérémie Royer pour
La traversée


Un homme solitaire traverse un pays dévasté par une catastrophe dont tout le monde a déjà oublié les causes. Dans cet univers post-apocalyptique, les survivants se font rares, et les temps sont durs. Des hordes de pillards sans foi ni loi ravagent ces contrées troublées. Lorsqu’il fait la rencontre d’une jeune orpheline, notre héros sait que son chemin sera semé d’embûches, mais il sent, au fond de lui, que l’espoir d’une ère nouvelle n’est pas mort.


Puisant son inspiration chez McCarthy (La Route), Miller (Mad Max) ou encore Hara (Hokuto No Ken), Jérémie Royer nous délivre un magnifique road-trip aux accents fantastiques, sombre et inspiré.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Your point is valueble for our team. Thanks!