Quand la bande dessinée devient un alibi


Je désire ardemment vous donner envie de lire ce premier roman d'un psychologue anglais dont le pseudonyme est Antony Moore. La notice de son éditeur français Liana Levi m'ayant donné envie de me pencher sur ces pages, je vous la fait partager.

Note de l'éditeur

Peut-on tuer pour Superman numéro un, première édition de la BD culte ? Certes, une telle pièce de collection peut susciter envies et regrets, surtout quand, comme Harvey, on a échangé cette BD au collège contre un stupide morceau de plastique. Ironie du sort, Harvey tient aujourd’hui un magasin de bandes dessinées et en connaît parfaitement la valeur... Il se rend tous les ans à la réunion des anciens du collège dans l’espoir de retrouver Bleeder, le soufre douleur de l’époque à qui il a donné son précieux trésor. Lorsque, vingt ans après cet échange, son obsession le pousse à cambrioler la maison de la mère de Bleeder, ce qu’il y découvre fait de lui le principal suspect d’un crime... Faute de parvenir à détruire la pièce à conviction qui l’incrimine, il s’enlise dans un imbroglio tragi-comique où des secrets enfouis depuis l’époque de sa jeunesse refont surface. Harvey se prend les pieds dans le tapis alors qu’il se croyait riche et tiré d’affaire...

© Marvels

Que dire de plus...Un roman ironique, qui traite avec humour noir des traumatismes de l’enfance, de la névrose obsessionnelle et du comportement des êtres humains face à l’échec.

Les studios Columbia ont déjà racheté les droits cinématographiques.

Avis aux amateurs de Ian Levison et de son petit boulot.


Swap

Antony Moore

Liana Levi
20 €

Conseillé par Nathalie.B

Aucun commentaire: